Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Multimer Immo, Agence immobilière LA BAULE 44500

L'actualité de CENTURY 21 Multimer Immo

La baule part à la conquête de l'Inde et de ses touristes

Publiée le 07/05/2015
La délégation indienne pense que La Baule a du potentiel
La délégation indienne pense que La Baule a du potentiel

C’est la nouvelle volonté de l’office de tourisme de la Baule : attirer les voyageurs indiens dans la station balnéaire. Un vœu qui s’explique par le désir de vendre la destination à l’international. “Depuis qu’on est rentré dans le cercle fermé des plus belles baies du monde il y a trois ans, explique Damien Dejoie, directeur de l’office de tourisme baulois, on cherche à valoriser cette image et à travailler à l’international.”

Déjà présente sur le marché européen, La Baule drague désormais les pays émergents et leurs ménages à fort pouvoir d’achat. “On a échangé avec nos homologues de Deauville et de Biarritz et il est apparu deux marchés très porteurs : le Brésil et l’Inde.”

Au même moment, l’office de tourisme apprend l’existence de FTO (French travel organization), société basée à Nantes qui développe le tourisme indien dans l’Hexagone. “On s’est dit que l’on pourrait travailler ensemble. En ciblant les Indiens qui viennent pour la troisième ou quatrième fois en France. Car pour leurs premiers séjours, ils privilégient Paris et la Côte d’Azur,” selon Damien Dejoie.

“Beaucoup d’atouts”

La Baule range donc les arguments en sa faveur. Et elle le fait savoir. “On est à proximité de Paris avec Nantes-Atlantique et le TGV. On dispose d’équipements standards dans le luxe international ainsi que des hôtels trois ou quatre étoiles pour la clientèle moins fortunée.” Le “VRP” de La Baule poursuit, enthousiaste : “On peut également compter sur le casino. En Inde, les jeux d’argents sont interdits, mais à l’étranger, ils aiment beaucoup jouer. Le côté glamour de la plage ou encore la thalasso comptent également. On propose quelque chose de cohérent.”

Opération séduction

Va pour les intentions. Qu’en est-il du concret ? “Nous avons participé à des salons professionnels organisés par Atout France (l’office de tourisme national) en Inde. Le fait que FTO nous accompagne était gage de crédibilité. Depuis, on essaye d’amorcer la pompe.”

Pour ce faire, l’office de tourisme essaye notamment de séduire les tours opérateurs et les journalistes de la presse spécialisée indienne. C’était le cas mercredi 22 avril, où quatre reporters indiens ont été reçus en grande pompe par les Baulois : chambre à l’Hermitage avec vue sur la baie, dîner gastronomique et visite dans les marais salants au programme le lendemain. L’office de tourisme a mis le paquet.

Cela semble payer comme le souligne Vardhan Kondvikar. Il est éditeur de plusieurs revues et notamment du guide Lonely planet indien. Pour lui, “La Baule dispose d’un fort potentiel. C’est très joli et plus calme que les destinations traditionnelles du luxe, Nice, Cannes, Paris, etc. C’est ce que recherchent actuellement les touristes indiens en second séjour. Quelque chose d’authentique, de plus “français” et des services à la hauteur d’une clientèle haut de gamme.”

Mais il reste encore du travail. Car, comme le confesse le patron du Lonely indien, “je ne savais même pas que La Baule était une destination plage avant de venir…”

Guillaume Griffon

Notre actualité